Innothera atteint un rythme de croisière mais n’entend pas s’arrêter là

Implantée en 1999, à Nomexy, dans la Plaine des Vosges, l’entreprise Innothera a triplé ses emplois vosgiens en 20 ans. Avec un chiffre d’affaires de 60 millions d’Euros par an, l’usine vosgienne a atteint un rythme de croisière. Mais l’entreprise familiale n’entend pas s’arrêter là…

Miniature-Interview-JP-Hernandez-Directeur-Innothera-Nomexy-Vosges-terre-textile
Acteur-du-Label-Vosges-terre-textile-Innothera-fabrique-dans-les-Vosges-bas-de-contention
Acteur-du-Label-Vosges-terre-textile-Innothera-fabrique-des-textiles-connectés
Acteur-du-Label-Vosges-terre-textile-Innothera-fabrique-dans-les-Vosges-guipage

L’entreprise étend le champ de ses savoir-faire

Innothera a fait le choix, il y a un an, d’entrer sur le marché de la santé connectée en prenant 20% du capital de la start-up BioSerenity. Cette prise de participation qui s’est accompagnée d’un partenariat industriel pour le développement, à Nomexy, de ces textiles connectés va permettre à l’entreprise de décliner ses savoir-faire dans d’autres applications que la compression veineuse élastique.

En décembre dernier, M. LAVIGNE présentait à L’Est Républicain, le premier T-Shirt connecté, issu des métiers à tricoter de l’entreprise. Pour cela, l’entreprise a investi plus de 1 million d’Euros pour adapter son outil de production.

Un T-Shirt pour surveiller l’activité cardiaque

Bardé de petits capteurs rectangulaires gris, le T-Shirt blanc tricoté à Nomexy camoufle dans sa maille un circuit imprimé double face destiné à surveiller en continu l’activité cardiaque de celui qui le porte. Grâce à un boîtier extra fin et une batterie détachable, la surveillance peut se faire à distance, pendant plusieurs semaines via la connexion Bluetooth de son smartphone.

CardioSkin, c’est le nom de ce T-Shirt déjà fabriqué à près de 1000 exemplaire dans l’usine de Nomexy pour des test in vivo. « Si tout se passe bien, le T-shirt connecté devrait être commercialisé en 2019 par les laboratoires Servier, le temps d’obtenir l’agrément de mise sur le marché » explique Thierry LAVIGNE, directeur industriel d’Innothera.

L’entreprise prévoit d’étendre ses savoir-faire à d’autres types de textiles connectés

L’entreprise décline ses savoir-faire et sa rigueur au service de la surveillance et du dépistage de certaines pathologies. Elle a pour projet de développer :

  • Des collants captant les mouvements et permettant de déterminer l’épilepsie
  • Des bonnets intégrant des micros pour enregistrer les ronflements et ainsi mieux comprendre l’apnée du sommeil
  • Une ceinture connectée pour détecter les grossesses à risque
  • Des chaussettes pour nourrisson permettant d’analyser le taux d’oxygénation du nourrisson

Les idées ne manquent pas, les projets sont ambitieux mais constituent un formidable relais de croissance pour l’entreprise.

Vosges terre textile, le label de la fabrication locale et responsable présente :